icon bulletin icon Nous joindre icon Youtube

Les femmes rurales, leurs contributions et défis à relever, seront mis en exergue au cours de la Commission de la condition de la femme

Communiqué

Nations Unies, New York — La 56ème session de la Commission de la condition de la femme, qui ouvrira le 27 février au Siège des Nations Unies, se focalisera sur le thème de l’autonomisation des femmes rurales et de leur rôle sur le plan de l’élimination de la pauvreté et de la faim, du développement durable et des défis actuels. La Commission conviendra d’actions urgentes à prendre pour faire véritablement changer la vie de millions de femmes rurales. Ces recommandations permettront d’étayer également les travaux d’autres forums politiques, telle que la Conférence Rio+20 de juin 2012.

Les femmes rurales constituent un quart de la population mondiale. Ce sont des dirigeantes, des productrices, des entrepreneuses et des fournisseuses de services. Leurs contributions sont cruciales pour le bien-être des familles, de leurs communautés et de leurs économies, ainsi que pour la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement. Les femmes rurales constituent une grande part de la main-d’œuvre agricole, produisent la majeure partie des produits alimentaires cultivés, notamment dans l’agriculture de subsistance, et réalisent la plus grande part des travaux de soins non rémunérés dans les zones rurales. L’agriculture fournit des moyens d’existence à 86% des femmes et des hommes ruraux, et des emplois à environ 1,3 milliard de petits exploitants agricoles et de travailleurs sans terre ; 43% sont des femmes. Pourtant, leurs droits et contributions ont été largement ignorés. Si les femmes rurales bénéficiaient d’un accès égal aux ressources productives, les meilleurs rendements agricoles pourraient permettre de réduire de 100 à 150 millions le nombre de personnes souffrant chroniquement de la faim à travers le monde. Les études montrent toutefois des écarts persistants, qui ont des conséquences sur la vie des femmes rurales, notamment :

  • Si les femmes bénéficient de l’égalité des droits de propriété dans 115 pays et des droits à l’héritage dans 93 pays, les disparités entre les sexes au niveau de la propriété foncière perdurent à travers le monde.
  • Seulement 5% des services de vulgarisation agricole sont fournis aux femmes exploitantes agricoles, et, en Afrique sub-saharienne, les femmes détiennent moins de 10% du crédit mis à disposition des petits exploitants agricoles.
  • Les femmes rurales sont également confrontées à davantage de difficultés que les hommes pour accéder aux services publics, à la protection sociale, à l’emploi et aux marchés, en raison des normes culturelles, des questions de sécurité et du manque de documents d’identification. Les recherches récemment réalisées par ONU Femmes montrent par exemple que la proportion de femmes ne possédant pas de carte d’identification s’élève à 80% dans certains villages d’Egypte rurale. Ce qui entrave leur accès à la santé, à l’éducation et aux pensions, leurs capacités à solliciter des titres ou actes de propriété et d’autres services sociaux, mais aussi à voter.
  • Une étude récente couvrant 17 pays d’Asie et du Pacifique montre que la proportion de femmes représentantes élues au sein des conseils ruraux varie de 0,6% à 37%.
  • La communauté internationale a versé 7,5 milliards de dollars américain s d’aide publique au développement en faveur du développement rural et du secteur agricole en 2008-2009. Cependant, seulement 3% de cette somme a été allouée à des programmes qui avaient l’égalité des sexes pour objectif principal.

Rassemblant les responsables gouvernementaux et les représentants des Nations Unies, la société civile, les médias et le secteur privé, la Commission examinera les progrès et lacunes, et adoptera des mesures en vue d’autonomiser les femmes rurales. Des tables-rondes mettront également en exergue le financement de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes, le thème examiné cette année ; la question émergeante de l’engagement des jeunes femmes et hommes, des filles et des garçons pour promouvoir l’égalité des sexes ; et le thème prioritaire pour l’an prochain : l’élimination et la prévention de toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles.

La Commission ouvrira dans la Salle de l’Assemblée générale des Nations Unies le 27 février à 10h00, en présence du Président du Conseil économique et social, Son Excellence Miloš Koterec et de la Sous-Secrétaire générale des Nations Unies Asha-Rose Migiro. La Secrétaire générale adjointe des Nations Unies et Directrice exécutive d’ONU Femmes Michelle Bachelet prononcera un discours d’ouverture. La Directrice générale adjointe de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, Ann Tutwiler, et Elisabeth Atangana, agricultrice et dirigeante de coopératives rurales du Cameroun, prendront également la parole lors de la cérémonie d’ouverture.

La session sera structurée autour d’une discussion générale des Etats membres, de deux tables rondes de haut niveau et de six autres tables rondes. Pour de plus amples détails sur les sessions officielles, veuillez consulter: www.un.org/womenwatch/daw/csw/56sess.htm

Deux rapports du Secrétaire général des Nations Unies explorent le thème prioritaire de la session. Ceux-ci peuvent être téléchargés dans les six langues officielles des Nations Unies sur le site: www.un.org/womenwatch/daw/csw/csw56/documentation.htm

Au cours des deux semaines que durera la session, 90 manifestations secondaires organisées par les Etats membres et des entités du système des Nations Unies auront également lieu, dans le bâtiment « North Lawn Building » des Nations Unies (www.un.org/womenwatch/daw/csw/56sess.htm#sideevents). La communauté des ONG organisera également 300 manifestations parallèles, notamment au Church Center au Siège des Nations Unies (www.ngocsw.org/ngo-csw-forum/ngo-parallel-events).

Pour une accréditation de la presse des Nations Unies, veuillez consulter www.un.org/media/accreditation.

Pour suivre en direct les débats de la Commission de la condition de la femme sur Internet, veuillez consulter www.un.org/webcast.