icon bulletin icon Nous joindre icon Youtube

À Oslo, appel lancé pour ne pas négliger l'éducation malgré la crise économique

Communiqué

18 décembre 2008 – Les participants à la réunion du Groupe de haut niveau sur l'Éducation pour tous (EPT), organisée par l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) et le gouvernement norvégien ont appelé mercredi les gouvernements nationaux à allouer de toute urgence au moins 4 à 6 % de leur PNB et 15 à 20 % de leurs dépenses publiques à l'éducation.

Dans la Déclaration d'Oslo, adoptée à l'issue de cette réunion, ils exhortent également les partenaires pour le développement à accroître l'aide officielle au développement et à donner la priorité à l'investissement dans l'éducation de base, selon un communiqué de l'UNESCO publié jeudi.

La stagnation des promesses d'aide, qui se traduit par un manque annuel de 7 milliards de dollars et une baisse de la part du revenu national consacrée à l'éducation dans certains pays, cause de graves inquiétudes. Cette tendance doit être inversée, ont déclaré les représentants de 39 gouvernements, notamment ceux de plusieurs des principaux pays donateurs, d'organisation intergouvernementales et de la société civile. Ils ont ajouté que cela était d'autant plus crucial dans le climat actuel de crise économique mondiale.

La Déclaration souligne que l'éducation « est l'un des outils les plus efficaces » pour permettre « la croissance et la reprise économiques et réduire la pauvreté, la faim et le travail des enfants » tout en « [améliorant] la santé, les revenus et les moyens de subsistance ». Un « soutien inébranlable » pour atteindre les objectifs de développement adoptés au niveau international, notamment l'Éducation pour tous et les objectifs du Millénaire pour le développement, est donc « encore plus nécessaire qu'avant la crise ».

La Déclaration d'Oslo a également approuvé la création d'une Équipe spéciale internationale « Enseignants pour l'EPT », une alliance fondée sur le volontariat et constituée de partenaires de l'EPT travaillant ensemble afin de répondre au manque croissant d'enseignants dans le monde entier.

« Sans un nombre suffisant d'enseignants qualifiés, notamment de femmes, répartis géographiquement de manière pertinente, bien rémunérés et motivés, convenablement soutenus et compétents dans les langues locales, nous ne pouvons pas offrir aux enfants du monde une éducation de qualité », a déclaré le Groupe de haut niveau.

Dix-huit millions de nouveaux enseignants du primaire seront nécessaires au cours des sept prochaines années pour atteindre l'objectif d'éducation primaire universelle d'ici la date butoir de 2015.

La nouvelle Équipe spéciale coordonnera et suivra des activités destinées à résorber le manque d'enseignants dans un laps de temps défini. La composition et la mission de cette Équipe seront établies définitivement dans les mois à venir.

L'équité dans l'éducation a été considérée comme une autre priorité par le Groupe de haut niveau. Selon lui, au vu des tendances actuelles, au moins 29 millions d'enfants n'auront toujours pas accès à l'école primaire en 2015. Pour résoudre ce problème, il faut des politiques centrées sur la réduction des disparités liées au genre, à la richesse, au lieu de vie (rural/urbain) et d'autres types de différences. Il est également impératif que les gouvernements nationaux accroissent la prise en charge de la petite enfance et l'éducation de base, tout en offrant des possibilités d'apprentissage abordables après le primaire et en répondant aux besoins d'alphabétisation des adultes.

La réunion du Groupe de haut niveau est un événement annuel qui rassemble des représentants des gouvernements, des agences de développement, des institutions des Nations Unies, de la société civile et du secteur privé. Son rôle consiste à renforcer la volonté politique afin d'accélérer la progression vers l'Éducation pour tous, à consolider les partenariats, à identifier les priorités et à mobiliser davantage de ressources.

Lire cet article sur le Centre d'actualités de l'ONU.

Correspondant-e: 

Centre d'actualités de l'ONU