icon bulletin icon Nous joindre icon Youtube

Parité au Conseil des ministres - De quelle discrimination parle-t-on ? - Communiqué de presse émis par le Conseil du statut de la femme

Parité au Conseil des ministres - DE QUELLE DISCRIMINATION PARLE-T-ON?
Québec, le 12 décembre 2008 — La parité au Conseil des ministres est un reflet des compétences et des expériences des députées élues à l’Assemblée nationale. Ce faisant le premier ministre donne une voix au Conseil des ministres à la moitié de la population, qui est composée à 51 % de femmes. Notre système parlementaire québécois n’impose pas au premier ministre de faire une équation entre le nombre de femmes ou d’hommes élus dans son parti en les nommant au Conseil des ministres. Le chef de parti qui a obtenu le plus de voix forme le gouvernement et choisit à l’intérieur de ses députés les membres de son Conseil des ministres en fonction de leurs compétences et de leurs expériences. Ainsi, le premier ministre fait le choix de la représentativité des femmes, comme il fait le choix de la représentativité régionale. Depuis l’entrée des femmes au Conseil des ministres avec le cabinet de Jean Lesage en 1962 (en fait l’entrée d’une seule femme), les conseils des ministres ont toujours été formés à majorité d’hommes, sauf depuis 2007, où Jean Charest a formé le premier Conseil des ministres paritaire de l’histoire du Québec. Il a fallu attendre en 1994 pour dépasser la barre des 20 % de femmes au Conseil des ministres, avec Daniel Johnson. Depuis 1998, le Conseil des ministres a toujours compté 30 % de femmes. Si le premier ministre a l'intention de former encore une fois un gouvernement paritaire, il faut se réjouir de cette mesure, qui est certainement de nature à encourager les femmes à s'investir en politique. Parce qu’ultimement, pour représenter adéquatement la population, il faudra la parité parmi les députés. -30- Source : Béatrice Farand Attachée de presse Conseil du statut de la femme Tél. : 418 643-4326, poste 245

Correspondant-e: 

France Rioux - Conseil du statut de la femme