icon bulletin icon Nous joindre icon Youtube

« La légalisation de la prostitution : une criminologue et députée inquiète! »

« La légalisation de la prostitution : une criminologue et députée inquiète! »


« Je tiens aujourd’hui à faire part de ma profonde préoccupation au sujet de l’exploitation sexuelle des personnes au Québec et au Canada. De nombreuses personnes m’ont écrit au cours des dernières semaines pour me faire part de leurs inquiétudes relatives à la légalisation de la prostitution. Ce débat vient à point nommé lorsque l’on sait que des élus de la Colombie-Britannique militent en faveur de la création d’un bordel légal à Vancouver lors des Jeux olympiques de 2010. Cela est inacceptable!

« Au cours des dernières années, j’ai eu l’occasion de me pencher personnellement à plusieurs reprises sur l’épineuse question de la prostitution et de la traite des personnes, notamment en produisant un rapport lorsque j’étais porte-parole de la Condition féminine.

« Je suis convaincue que la prostitution est un système d’exploitation dont la majorité des victimes sont des femmes et qui favorise des rapports inégalitaires et violents. Les êtres humains ne sont pas des marchandises. Autant l’achat de services sexuels que la prostitution constituent une atteinte aux droits humains.

« Il est donc grand temps d’envisager de suivre un modèle qui a fait ses preuves, soit celui de la Suède. Il faudrait mettre en place un système qui pénalise l’achat de services sexuels et cesse de criminaliser les personnes prostituées, qui sont d’abord et avant tout les victimes d’un système prostitutionnel. Bien qu’il ait des imperfections, le modèle suédois m’apparaît le plus cohérent, tant du point de vue de la criminologie que de celui des droits de la personne. C’est une simple question de justice dans une société démocratique.

« Il est vrai qu'au cours des dernières décennies, au Québec, des améliorations ont été apportées aux conditions de vie des femmes et à leurs droits. Toutefois, toutes ces avancées ne sont malheureusement pas acquises et il reste à mener des luttes importantes et celle contre la prostitution et la marchandisation des femmes et des enfants en est une primordiale!

« En fait, ces questions revêtent une importance cruciale quant à la sécurité des femmes et des enfants, à l’égalité entre les hommes et les femmes et au type de société dans laquelle nous voulons vivre. »

-- Maria Mourani, Criminologue et députée fédérale d’Ahuntsic (l’opinion exprimée ici ne représente pas celle du Bloc Québécois)

Correspondant-e: 

Maria Mourani